English

Rapport Sommaire

L’objectif principal du Sondage ontarien « Entreprise Sociale 2012 »  est de se doter d’information judicieuse quant au profil, au nombre, à l’envergure et à l’impact socio-économique des entreprises sociales sans but lucratif en Ontario en 2011. Dans le cadre de cette consultation, nous avons défini l’entreprise sociale ainsi:

« Une entreprise sociale est une entreprise réelle, qui appartient à une organisation sans but lucratif, qui est gérée par cette dernière et qui vend des produits ou fournit des services sur le marché tout en créant plus d’un retour sur l’investissement, tant sur le plan financier que social, environnemental et/ou culturel. »

Première recherche de ce genre se concentrant seulement sur les entreprises sociales en Ontario, ce sondage a permis de se doter de données probantes qui alimenteront sans nul doute de futures recherches et analyses de ce secteur. Cette approche consultative sur les entreprises sociales s’inspire de la démarche réalisée en 2009 en Colombie-Britannique et en Alberta par BALTA, une Alliance en recherche en économie sociale. Des sondages similaires ont été administrés au Manitoba, au Nouveau-Brunswick, et en Nouvelle-Écosse. Notons que la Colombie-Britannique et l’Alberta ont entrepris cette démarche consultative à deux reprises durant les 5 dernières années. Tous ces rapports contribuent à une meilleure compréhension du mouvement entrepreneurial national qui prend forme à l’intérieur du secteur sans but lucratif canadien.

D’abord dans ce rapport, vous retrouverez une description des moments historiques marquants des entreprises sociales en Ontario et des composantes générales de leur environnement, souvent nommé « économie sociale ». Dans la section suivante, des aspects complexes de la relation entre le gouvernement provincial et l’économie sociale sont identifiés ainsi qu’un survol des organisations communautaires et des réseaux qui appuient le développement des entreprises sociales de la province. Des entrevues avec quelques bailleurs de fonds, des investisseurs et des organisations intermédiaires ont permis de préciser l’environnement financier disponible pour les entreprises sociales en Ontario.

363 entreprises sociales ont participé au Sondage « Entreprise Sociale 2012 »  de l’Ontario. Ces entreprises sociales étaient segmentées en 5 sous-catégories soit : ‘arts et culture’, ‘marchés fermiers’, ‘magasins d’aubaines’, ‘entreprises à vocation sociale’, et ‘divers’. Des sous-sections ont précisé la diversité des entreprises sociales et leur intégration dans l’économie marchande. Finalement, le rapport accorde une attention particulière aux entreprises sociales francophones, aux particularités urbaines/rurales et régionales, aux années d’opérations, et aux missions spécifiques.

Le rapport démontre que les entreprises sociales d’Ontario :

  • Contestent le statu quo : Afin d’estomper les écarts entre les secteurs public, privé, et sans but lucratif, elles souhaitent dissiper les conceptions classiques quant aux compétences sociales et économiques des organisations sans but lucratif.
  • Sont ici pour rester : Un nombre grandissant d’entreprises sociales, récemment créées, s’ajoutent aux entreprises sociales établies dans la province.
  • Contribuent à l’économie: Elles créent des opportunités d’emplois et produisent de la richesse dans l’économie locale, régionale, et provinciale.
  • Ont du succès sur le marché : La majorité de leur revenu provient de la vente de leurs produits et de leurs services.
  • Se concentrent au niveau local : Elles travaillent dans les quartiers et les communautés afin de renforcer les appuis socio-économiques.
  • Mettent la personne au cœur de leur action: Elles offrent plusieurs opportunités d’implication individuelle et communautaire incluant dans le mode de propriété.
  • Luttent contre la pauvreté : Elles desservent les populations les plus vulnérables de la province et travaillent à réduire la pauvreté et ses impacts.

Principaux constats :

  1. Le nombre d’entreprises sociales continue de croitre. Inspiré des données recueillies auprès de la moitié des répondants qui ont plus de 10 années d’existence, on constate qu’en Ontario un grand nombre d’entreprises sociales sont bien établies. Le secteur est en croissance; près d’un-cinquième des entreprises sociales consultées ont débuté leurs activités commerciales durant les dernières trois années.
  2. Les entreprises sociales équilibrent plusieurs missions. Environ 80 % des entreprises sociales consultées ont une mission sociale, alors qu’un peu moins de la moitié a indiqué une mission culturelle ou environnementale. Plus de 40 % des répondants s’engagent dans le développement l’emploi et/ou de la formation pour favoriser l’intégration sur le marché du travail dans le cadre de la mission de leur organisation.
  3. Les entreprises sociales luttent contre la pauvreté. Plus de 68 % des entreprises sociales s’activent pour réduire la pauvreté. Celles qui ont été créées durant les 3 dernières années mettent en place une approche de la réduction de la pauvreté.